domingo, 26 de agosto de 2012

L’Humanité a (déjà) consommé son crédit annuel de ressources naturelles

L’Humanité a (déjà) consommé son crédit annuel de ressources naturelles 
Ce mercredi 22 août 2012, le monde a déjà épuisé son quota de ressources naturelles pour l’année. C’est le triste « jour du dépassement
Mauvaise nouvelle, avec toutes les disparités du monde et les différents modes de vie et de consommation de chacun, la planète ne suffit déjà plus à nous fournir l’ensemble des ressources naturelles que nous utilisons. Et elle nous fait crédit… et cela au bout de 284 jours seulement. 
Aujourd’hui marque le Global Overshoot Day, ou le jour où nous avons déjà utilisé toutes les ressources naturelles que la Terre est capable de produire chaque année. Désormais et pour encore un peu plus de 4 mois, nous entamons les réserves qui nous manqueront sans doute dans quelques années. 
Le problème, c’est que chaque année, nous épuisons un peu plus vite notre quota… Le Monde rapporte en effet qu’en 2000, nous avions épuisé notre quota de ressources naturelles le 1er novembre, en 2005, le 20 octobre et cette année 2012 donc, le 22 août. 
D’après les experts du Global Footprint Network, cela fait 50 ans que nous creusons de manière exponentielle notre déficit écologique et aujourd’hui, alors que les ressources naturelles disponibles ont diminué de plus de moitié depuis 1961, les besoins de l’humanité les dépasse de 50%. 
Et Le Monde de rapporter les propos du président du GFN : » La dégradation des milieux naturels se traduit inévitablement par une baisse des surfaces productives et notre dette, qui s’alourdit, condamne aux dépens les générations futures « . 
Sur 149 pays observés, 60 sont responsables de cette consommation précoce des ressources naturelles. Cette information ne laisse présager rien de bon quant à la qualité de l’air dans le monde, le réchauffement climatique ou la protection de la faune et de la flore mondiale… Une chose est certaine, un jour ou l’autre, ces ressources viendront à manquer. 
Fonte: REDE Os Verdes/via Facebook

Nenhum comentário: